Les guerres Napoléoniennes et la guerre de 1812

L'invasion du Canada de 1814

Le siège du fort Érié

Officier portant le drapeau de son régiment, 9e Régiment de fantassins (de East Norfolk), 1814

Légende: Officier portant le drapeau de son régiment, 9e Régiment de fantassins (de East Norfolk), 1814

Les deux armées vont rapidement se retrouver face à face, car le général Drummond encercle le fort Erie, dont il commence le siège le 13 août. Après deux jours seulement de bombardements, les Britanniques tentent de le prendre d'assaut avec environ 1 300 soldats, mais se heurtent à la détermination des Américains. Ils ont déjà subi des pertes élevées quand un magasin de poudre souterrain explose, leur fauchant des centaines d'hommes. Il ne leur reste alors d'autre choix que de se retirer. Ils ont perdu plus de 900 hommes, tués, blessés ou manquant à l'appel, contre 84 seulement du côté américain. Drummond reçoit cependant des renforts et poursuit le siège.

Le 17 septembre, une sortie de quelque 1 600 Américains prend par surprise les Britanniques, dont les lignes ne sont pas suffisamment protégées. L'attaque américaine n'est finalement refoulée qu'au terme d'âpres combats. Les pertes s'avèrent plus lourdes pour les Britanniques, avec 115 morts, que pour les Américains, avec 79. En outre, ces derniers ont détruit six gros canons britanniques.

Après ce carnage, Drummond décide de lever le siège et ses troupes se retirent à Chippawa, le 21 septembre. Le 5 novembre, les Américains font sauter le fort Erie après en avoir évacué leurs troupes, qui se replient à Buffalo. Ainsi se termine cette troisième tentative d'invasion du Canada par la péninsule du Niagara...

Images additionnelles

Plan du fort Érié, septembre 1814