La Royal Navy, maîtresse des mers

Activités dans les Territoires du Nord-Ouest

Présence militaire limitée

La colonie de Lord Selkirk établie dans la région de Rivière-Rouge finit par se développer, bien que la présence de colons soit plus ou moins incompatible avec les activités de la Compagnie. Au cours des années 1820 et 1830, cette dernière fait ériger Lower Fort Garry (à Selkirk, dans le Manitoba) et le fort Garry (à Winnipeg) 117. Ces deux postes de traite se distinguent des autres en cela qu'ils sont conçus comme de véritables forts de grandes dimensions, et qu'on les construit en pierre plutôt qu'en bois. Ils constituent le centre administratif de la compagnie pour la Terre de Rupert, immense territoire qui s'étend du Labrador aux Rocheuses, et servent de lieu de résidence à son gouverneur.

Les Compagnies du Nord-Ouest et de la baie d'Hudson n'entretinrent pas de troupes. Tout au plus certains postes possédèrent-ils quelques gardes amérindiens plus ou moins biens armés, les « Home Guards », afin de maintenir un minimum d'ordre, ce qui s'avérait suffisant pour des fortins voués à la traite. Après le retrait des petits détachements des troupes coloniales françaises au milieu du XVIIIe siècle, il n'y eut par conséquent plus aucune présence militaire permanente dans les Prairies, et ce, jusqu'au milieu du XIXe siècle.