Le tournant (1943)

La guerre dans le Pacifique

La défense de la côte du Pacifique et l'invasion de Kiska

Soldat, Le Régiment de Hull, Alaska, août, 1943

Légende: Soldat, Le Régiment de Hull, Alaska, août, 1943

S'il y avait cinq divisions au combat outremer, il y en avait aussi, à un moment, trois autres au Canada dont deux ont été stationnées sur la côte ouest jusqu'à l'automne 1943. Après que les Japonais eurent été expulsés des îles Aléoutiennes, deux divisions disparaissent (les 7e et 8e et la 6e voit ses effectifs réduits. À l'automne 1943, à la suite de la fin victorieuse de la bataille de l'Atlantique, toutes les forces de l'Axe refluent. À son apogée donc, soit en juin 1943, 18 mois après le désastre de Hong Kong, 34 316 hommes, de tous grades, défendent notre côte du Pacifique, contre environ 24 000 sur la côte est. C'est parmi ceux qui restent sur le Pacifique qu'on choisira 16 000 conscrits pour l'outremer.

En août 1943, un élément de cette force, le 13e Groupe-brigade d'infanterie, plus une partie de la 11e Force de service spécial américain, composée partiellement de volontaires canadiens, seront rassemblés pour attaquer l'île Aléoutienne de Kiska.

Parmi les unités de conscrits engagées se trouve le Régiment de Hull, celui qui enregistre le moins d'absents sans permission au moment de monter à bord des navires, le 12 août. Des 34 000 hommes de l'opération, 5 300 sont canadiens, incluant les quelque 500 membres de la 1re Force de service spécial. Malgré le blocus américain autour de l'île, les Japonais se sont échappés quelques heures avant l'arrivée des Canado-Américains. Une partie des Canadiens restera sur cette île inhospitalière jusqu'en janvier 1944.