Armement et expérience du temps de guerre

Les photographes

Les journalistes-photographes

Officier de l'artillerie canadienne, James Peters est également un photographe amateur averti. Mobilisé lors de la campagne du Nord-Ouest, il transporte son encombrant appareil sur près de 9 000 kilomètres et prend 120 photos. Les 63 qui sont réussies « sont généralement reconnues comme étant les toutes premières photographies qu’on ait jamais prises sur un champ de bataille 32. »

Peters a, en la personne de Henry Woodside, un imitateur de talent. Tout en assumant la fonction d'officier de la Milice non permanente, ce dernier est avant tout journaliste. Mais l'expérience acquise en 1885 lui permet, six ans plus tard, de se transformer en photographe amateur. On lui doit de nombreuses photos de la milice en poste au Canada et d'unités en partance pour le Yukon et l’Afrique du Sud.

Ces deux hommes, précurseurs dans cette fonction qu'ils ont exercée de leur propre initiative et sans être rétribués, ont ouvert la voie à de nombreux autres photographes et caméramans qui, au XXe siècle, suivront les opérations militaires canadiennes.