Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Sujet > Forces armées > Force navale et marine marchande

Date > 1600

Les marines française et britannique

Type: Document

La Grande-Bretagne et la France avaient besoin de bons marins pour protéger leurs côtes, leurs flottes de pêche et leurs colonies. La France fut au sommet de son pouvoir naval dans les années 1690, quand elle dominait les côtes de l'Angleterre. Défaite en 1692, la qualité et la force de la marine française déclinèrent.

Site: Défense Nationale

Sir William Phips devant Québec en octobre 1690

Type: Image

Sir William Phips (1650-1694) est représenté sur le pont d'un des navires loués par les colonies de Nouvelle-Angleterre pour transporter à Québec des miliciens du Massachusetts. C'est peut-être en arrivant à Québec, en octobre 1690, que Phips et ses officiers se rendent compte à quel point cette ville est une formidable forteresse naturelle.

Site: Défense Nationale

Galion du XVIe siècle

Type: Image

Les membres d'équipage de ce galion du XVIe siècle utilisent plusieurs instruments pour connaître leur position. Des outils comme le bâton de Jacob et le nocturlabe sont utilisés la nuit pour mesurer la position des étoiles dans le ciel. Avec ces mesures, les navigateurs peuvent savoir à quel endroit de la planète ils se trouvent. (Bibliothèque et Archives Canada,18025)

Site: Défense Nationale

Pierre Le Moyne D'iberville

Type: Document

Pierre Le Moyne d'Iberville (1661-1706), fils de Charles Le Moyne, fut sans aucun doute le plus célebre des soldats de la Nouvelle-France. Il fut à la tête de plusieurs expéditions expéditions terrestres et maritimes entre 1686 et 1706. Comme explorateur il fonda également le premier établissement permanent de la Louisiane.

Site: Défense Nationale

Le déclin

Type: Document

La montée du pouvoir en mer des Anglais au dépend des Espagnols a aidé au déclin de la pêche à Terre-Neuve. Les pirates anglais attaquèrent plusieurs fois les Basques.

Site: Défense Nationale

Bombariers de la Marine

Type: Document

La marine française avait sa propre unité d'artillerie pour servir à bord des navires et servir les forces terrestres. On retrouvait parfois des détachements de cette unité en Nouvelle-France.

Site: Défense Nationale

Régi par le gouvernement militaire

Type: Document

Du même coup en 1697, la colonie britannique de Terre-Neuve eut comme gouverneur pour une longue période un commodore de l'escadron de la marine royale britannique des eaux environnantes. Cette façon de fonctionner du gouvernement militaire n'était pas inhabituelle. Un gouvernement militaire similaire était en place en Nouvelle-Écosse.

Site: Défense Nationale

Conflit chez les Basques

Type: Document

Il y avait parfois des batailles entre les Basques français (du Nord) et les Basque Espagnols (du Sud). La guerre entre la France et l'Espagne affectaient également les flottes de pêche armées. Les Inuits demeurant sur la côte étaient hostiles envers les pêcheurs.

Site: Défense Nationale

Compagnies franches de la Marine des vaisseaux

Type: Document

Les noms donnés aux troupes par le ministère français de la marine pouvaient porter à confusion. Il y avait des unités séparés des Compagnies franches de la Marine pour servir sur les navires de guerre. Ces troupes n'avaient rien à voir avec les Compagnies franches au Canada.

Site: Défense Nationale

Les batteries de Québec ouvrent le feu sur les navires de Phips en octobre 1690

Type: Image

À Québec, en octobre 1690, des canons ouvrent le feu sur les navires des envahisseurs. La ville haute est bien protégée par un mur entrecoupé de batteries, et grâce à de véritables ouvrages défensifs avoisinant le château Saint-Louis, près du cap Diamant. Dans la ville basse, on trouve deux batteries riveraines équipées de canons lourds de marine de 18 et 24 livres. Du côté de la terre, une ligne de remblais ponctués de 11 redoutes couvre le côté ouest de la ville. Cette gravure du XIXe siècle est inexacte à certains égards, notamment dans le cas du château Saint-Louis, qui n'avait qu'un seul étage en 1690, mais elle donne une bonne idée du cours des événements. (Bibliothèque et Archives Canada, C-006022)

Site: Défense Nationale