Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Sujet > Forces armées > Force navale et marine marchande

Date > 1700

Les marines française et britannique

Type: Document

La Grande-Bretagne et la France avaient besoin de bons marins pour protéger leurs côtes, leurs flottes de pêche et leurs colonies. La France fut au sommet de son pouvoir naval dans les années 1690, quand elle dominait les côtes de l'Angleterre. Défaite en 1692, la qualité et la force de la marine française déclinèrent.

Site: Défense Nationale

Frégate en construction, vers le milieu du XVIIIe siècle

Type: Image

Cette gravure d'époque montre la mise en planches d'une coque de frégate. Des planches qui formeront le revêtement de la coque sont en train d'être façonnées et fixées aux membres du navire. Remarquer, au centre, la planche finie qui est en train d'être hissée en place par un derrick. (Museo Naval, Madrid)

Site: Défense Nationale

Vice-amiral Charles Saunders, Royal Navy

Type: Image

Le vice-amiral Charles Saunders (1715-1775 environ) a commandé la flotte britannique pendant le siège de Québec en 1759.

Site: Défense Nationale

Des nations amérindiennes

Type: Document

Au 18e siècle, la côte Pacifique nord-ouest abrite plusieurs nations amérindiennes, dont les Tlingits, les Haïdas, les Tsimshians, les Nootkas et les Salishs. De culture axée sur la mer, ce sont d'excellents marins et pêcheurs qui puisent leurs ressources dans l'océan.

Site: Défense Nationale

C'est la guerre!

Type: Document

La guerre entre la Grande-Bretagne et la France commence le 8 juin 1755, dans l'Atlantique Nord, lorsque les navires de guerre de la Royal Navy (Marine royale britannique) canonnent les vaisseaux français qui escortent le convoi de renforts destinés à la Nouvelle-France. Cet acte de guerre précède d'un an la déclaration de guerre officielle.

Site: Défense Nationale

Les Français perdent espoir

Type: Document

Une flotte britannique atteint Québec la première, au printemps de 1760, mais la France a également envoyé un petit convoi de renforts qui est encerclé puis capturé par les Britanniques. Le moral est au plus bas au sein des troupes françaises de la Nouvelle-France, et les désertions se multiplient.

Site: Défense Nationale

Une occasion de revanche pour les Français

Type: Document

Après 1778, isolée sur le plan diplomatique, la Grande-Bretagne commence à ressentir les effets de l'entrée dans la guerre d'indépendance américaine d'autres puissances européennes. La France, puis l'Espagne et les Pays-Bas placent les Britanniques sur la défensive. Partout dans le monde, les colonies et les flottes britanniques sont attaquées ou conquises.

Site: Défense Nationale

Lapérouse dans la baie d'Hudson

Type: Document

En 1782, dans le cadre d'une stratégie de raids contre les colonies britanniques, les Français montent une expédition de trois navires de guerre commandée par le comte de La Pérouse (futur grand explorateur du Pacifique) dans la baie d'Hudson.

Site: Défense Nationale

Bataille entre la frégate française Atalante et la flotte anglaise en 1760

Type: Image

Lorsque l'armée française du général Lévis a brisé le siège de Québec en mai 1760, les forces qui battaient en retraite étaient accompagnées d'un certain nombre de petits navires. Lorsque les Britanniques ont tenté de capturer ces navires, les navires de guerre français se sont sacrifiés pour couvrir la retraite. On voit ici la frégate Atalante du capitaine Jean Vauquelin, s'échouant mais encore en combat, après que la Pomone fut coulée.

Site: Défense Nationale

Maigres ressources pour les Français, forte poussée britannique

Type: Document

Les craintes françaises d'une offensive sur Québec se confirment au moment de l'apparition d'une flotte britannique à la mi-juin 1759. Elle transporte une redoutable armée de soldats réguliers commandés par le général James Wolfe. Favori du roi George II, Wolfe est fantasque, mais aimé de ses soldats.

Site: Défense Nationale