Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Sujet > Forces armées > Commandement et administration militaires

Organisation > Défense Nationale

Tentatives d'accroître la puissance militaire

Type: Document

Malgré leurs querelles, les membres de l'état-major de la Nouvelle-France s'entendent sur un point : il faut plus de combattants pour défendre la colonie. À l'hiver de 1756-1757, le gouverneur Vaudreuil réorganise les ressources militaires existantes, et deux bataillons additionnels sont expédiés par l'armée métropolitaine française.

Site: Défense Nationale

Les troupes de la marine à l'extérieur de l'Amérique du Nord

Type: Document

Le ministère français de la marine était responsable des navires de guerre, de la défense côtière et de l'administration des colonies. Il fut capable de maintenir des troupes en France, dans les Antilles et en Amérique du Nord.

Site: Défense Nationale

Hostilité entre les officiers coloniaux et métropolitains

Type: Document

À l'automne de 1756, le général Montcalm et le gouverneur Vaudreuil écrivent à leurs supérieurs pour se plaindre de leur comportement respectif. Les officiers de la Nouvelle-France se divisent en deux camps hostiles : les natifs du Canada (menés par le gouverneur) et les natifs de France (menés par Montcalm).

Site: Défense Nationale

De sévères conditions de capitulation

Type: Document

Les fortifications de Montréal sont trop vulnérables pour soutenir un siège, et les commandants français Vaudreuil et Lévis se rendent aux Britanniques en septembre 1760. Les conditions de leur capitulation sont très sévères, et les défenseurs n'ont pas droit aux honneurs de la guerre.

Site: Défense Nationale

Trop impulsif, Montcalm subit une lourde défaite

Type: Document

Au matin du 13 septembre 1759, le général Montcalm découvre que l'armée britannique a été déployée dans les champs, à l'ouest de Québec. Il se lance dans la bataille à l'extérieur de la ville, avec ses troupes françaises et canadiennes, sans prendre le temps de regrouper toutes ses forces. Les Français subissent une cuisante défaite.

Site: Défense Nationale

Major-général James Wolfe

Type: Image

Voici un portrait du major-général James Wolfe portant l'uniforme rouge qu'il portait habituellement pendant le siège de Québec et probablement aussi pendant celui de Louisbourg. Cet uniforme rouge a été conçu à l'époque du duc de Marlborough et servait de tenue de campagne optionnelle pour les officiers. La version originale de ce portrait de 1766 est un croquis fait par le capitaine Hervey Smyth - l'aide de camp de Wolfe pendant le siège. Le ruban noir que Wolfe porte au bras est un emblème de deuil en souvenir de son père, décédé en mars 1759.

Site: Défense Nationale

Au son du tambour

Type: Document

Les villes fortifiées comme Québec, Montréal, Trois-Rivières et Louisbourg étaient toutes gouvernées par les militaires. Les vies des soldats français et des civils canadiens étaient régies par les différents battements de tambour de la garnison, de La Diane à l'aube à La Retraite au coucher du soleil.

Site: Défense Nationale

La restructuration de la réserve

Type: Document

En 1953, la Commmission Kennedy recommande, entre autres modifications, de restructurer la réserve du Canada en un plus petit nombre d'unités. On examine la possibilité de créer une réserve constituée d'anciens militaires de la force régulière, mais le projet est rapidement abandonné. Une autre commission, dirigée par le Brigadier Anderson, est créée lorsque le matériel de la réserve devient désuet, et de nouvelles idées sur le rôle de la réserve sont mises de l'avant.

Site: Défense Nationale

Carte militaire du Canada, vers 1910

Type: Image

Le ministère de la Milice et de la Défense canadien naît en 1868. Le pays fut divisé en 9 zones militaires et de nouvelles zones se sont ajoutées plus tard.

Site: Défense Nationale

Les marines française et britannique

Type: Document

La Grande-Bretagne et la France avaient besoin de bons marins pour protéger leurs côtes, leurs flottes de pêche et leurs colonies. La France fut au sommet de son pouvoir naval dans les années 1690, quand elle dominait les côtes de l'Angleterre. Défaite en 1692, la qualité et la force de la marine française déclinèrent.

Site: Défense Nationale