Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Artillerie française, années 1640

Type: Image

L'artillerie des premiers forts défendant les villes de la Nouvelle-France est généralement montée sur ce type d'affût. On voit ici un canonnier nettoyer la lumière à l'aide d'une pointe effilée. Un des artilleurs porte une pique fourchue qui sert à tenir une mèche lente qui allume la poudre contenue dans la lumière qui, à son tour, fait exploser la charge de poudre propulsant le boulet.

Site: Défense Nationale

L'explorateur en herbe : Samuel de Champlain : Activité

Type:

Samuel de Champlain a perdu la mémoire, il faut l’aider à se souvenir des lieux historiques nationaux du Canada dans ce jeu interactive pour les jeunes gens.

Site: Parcs Canada

Soldats français au début du XVIIe siècle

Type: Image

Ces soldats français sont habillés dans un style qui est répandu dans presque toute l'Europe occidentale au début du XVIIe siècle. Noter la fourquine de l'homme à gauche, et la pique dont est armé l'homme en arrière-plan. Gravure du milieu du XIXe siècle, d'après un dessin d'Alfred de Marbot.

Site: Défense Nationale

Mousquet à mèche, vers 1665

Type: Image

Ce mousquet est le type d'arme porté par les hommes du régiment de Carignan-Salières durant leur service au Canada. Le tireur, lorsqu'il appuie sur la détente (le levier qui se trouve sous l'arme) fait tomber le serpentin (le bras de métal courbe à droite). Un segment de corde qui brûle lentement, appelé « mèche lente » (non montré), est attaché au sommet du serpentin. Lorsque le serpentin tombe, la mèche allumée descend dans le bassinet (au centre), petite cuvette dans laquelle est déposée une petite quantité de poudre. Quand cette poudre explose au contact de la mèche, le feu se rend jusqu'au canon et fait exploser une deuxième charge de poudre. Cette dernière explosion propulse la balle hors du canon (dont une partie est visible à droite). Ce système peut faire défaut de diverses façons, mais quand tout fonctionne, il est très bruyant et spectaculaire. (Parcs Canada)

Site: Défense Nationale

Piquier français, vers 1635

Type: Image

Des armures et des armes de piquier sont envoyées à Québec durant les années 1620. Il semble que ces armures sont portées par certains soldats jusqu'à la fin des années 1630, même si les piques sont de toute évidence presque jamais utilisées. En Europe, les piquiers, qu'on voit de moins en moins sur les champs de bataille, disparaissent vers la fin du siècle. En Amérique, les piques et les hallebardes sont parfois utilisées, mais à des fins cérémoniales uniquement.

Site: Défense Nationale

Sir William Phips devant Québec en octobre 1690

Type: Image

Sir William Phips (1650-1694) est représenté sur le pont d'un des navires loués par les colonies de Nouvelle-Angleterre pour transporter à Québec des miliciens du Massachusetts. C'est peut-être en arrivant à Québec, en octobre 1690, que Phips et ses officiers se rendent compte à quel point cette ville est une formidable forteresse naturelle.

Site: Défense Nationale

Un problème stratégique

Type: Document

Les Iroquois et les Français se font la guerre de raid jusqu'à la fin des années 1690. Les établissements Iroquois souffrirent grandement pendant que les Amérindiens se sentaient délaissés par leurs alliés Anglais. Epuisés, les Iroquois signent un traité de paix avec la France en 1701.

Site: Défense Nationale

Galion du XVIe siècle

Type: Image

Les membres d'équipage de ce galion du XVIe siècle utilisent plusieurs instruments pour connaître leur position. Des outils comme le bâton de Jacob et le nocturlabe sont utilisés la nuit pour mesurer la position des étoiles dans le ciel. Avec ces mesures, les navigateurs peuvent savoir à quel endroit de la planète ils se trouvent. (Bibliothèque et Archives Canada,18025)

Site: Défense Nationale

La tactique européenne impraticable au Canada

Type: Document

A cause de l'efficacité limitée des armes à feu contemporaines, les officiers français réalisèrent que leurs tactiques utilisées sur le champ de bataille européen n’étaient pas suffisantes pour défendre le Canada contre les attaques britanniques. Dans ces conditions, il n'y avait pas assez de défenseurs pour contrer une attaque.

Site: Défense Nationale

Les armes des miliciens

Type: Document

L'arme à feu que préfèrent utiliser les miliciens canadiens est fusil de chasse de petit calibre. Les canadiens étaient reconnus pour être de bons tireurs. Les miliciens possédaient leurs propres armes mais le gouvernement devait parfois les fournir.

Site: Défense Nationale