Navigateur pour l'histoire

Résultats de la recherche

Canons de fer bitanniques montés sur un affût de fer, vers 1815

Type: Image

Les affûts de fer ont été introduits dans l’artillerie britannique en 1810. Ils devaient être placés « aux endroits des fortifications les moins exposés aux tirs ennemis », car on craignait qu’ils volent en éclat s’ils étaient touchés par l’artillerie ennemie. Les exemples illustrés sur cette photographie se trouvent dans les fortifications de la ville de Québec, classées lieu national historique.

Site: Défense Nationale

Mortier de fer britannique, vers 1810

Type: Image

Les mortiers étaient conçus pour tirer des obus explosifs avec un angle de 45 degrés ou plus. Ils étaient utilisés pour le siège et la défense de fortifications. L’obus explosif tiré dans les airs retombait à l’intérieur de la zone de défense de l’ennemi. Lorsque la mèche de l’obus terminait de brûler, ce dernier explosait. Ces projectiles sont les « bombes explosant dans le ciel » de l’hymne national américain, tirées par une flotte britannique pendant l’assaut de Baltimore.

Site: Défense Nationale

Canons de 32 livres montés sur une plate-forme de place de pointage en bois

Type: Image

Ces pièces d’artillerie britannique du début du 19e siècle sont montées sur des plates-formes pour permettre au canon de pivoter sur un grand axe et ainsi suivre une cible mouvante, comme un navire. Ces affûts reconstitués se trouvent au lieu historique national de Coteau-du-Lac près de Montréal (Québec). Les fortifications ont été construites dans le but de protéger l’écluse, la première en Amérique du Nord.

Site: Défense Nationale

Batterie de Belmont à Fort Rodd Hill, Colombie-Britannique

Type: Image

Construit en 1898-1900 afin de protéger la base de la Royal Navy (et plus tard de la Marine royale du Canada) sur le Pacifique, cette batterie a été restaurée selon son apparence de la Deuxième guerre mondiale. (Parcs Canada)

Site: Défense Nationale

De redoutables guerriers

Type: Document

Aux 18e et 19e siècles, les peuples de la côte Pacifique sont de farouches combattants. Leurs guerriers utilisent l'arc, la lance, le casse-tête et le poignard à lame d'os, et portent parfois une armure de bois. Ils préfèrent l'assaut en groupe, mais n'hésitent pas à recourir à la duplicité au cours de rencontres « amicales ».

Site: Défense Nationale

Le canon de campagne de 12 livres - l'armes employées par Canadians dans La guerre sud-africaine

Type: Document

Le canon de 12 livres chargé par la culasse, qui est utilisé par la Brigade divisionnaire du Royal Canadian Field Artillery en Afrique du Sud, remplace le canon de 9 livres, chargé par la bouche, que les unités d’artillerie de campagne canadiennes avaient depuis les années 1870.

Site: Musée canadien de la guerre

L'évolution de l'artillerie au Canada

Type: Document

Le rôle et l'importance de l'artillerie pour l'Armée canadienne ont évolué au fil des améliorations de la technologie de l'artillerie. En 1871, les artilleurs canadiens commencent à utiliser les canons de 9 livres à chargement par la bouche et, en 1918, adoptent les canons de campagne de 18 livres et les obusiers de 60 livres.

Site: Défense Nationale

Le major Arthur L. ("Gat") Howard (1846-1901) - La guerre sud-africaine

Type: Document

Le major Arthur L. (Gat) Howard accepta le poste d’officier de mitrailleuse du 1st Canadian Mounted Rifles qui deviendra le Royal Canadian Dragoons. Il engagea les Boers pendant la guerre sud-africaine. En décembre 1900, plutôt que de revenir au Canada , il met sur pied le Canadian Scouts, dont il prend le commandement.

Site: Musée canadien de la guerre

L'explorateur en herbe : Samuel de Champlain : Activité

Type:

Samuel de Champlain a perdu la mémoire, il faut l’aider à se souvenir des lieux historiques nationaux du Canada dans ce jeu interactive pour les jeunes gens.

Site: Parcs Canada

La bataille de Trafalgar, 21 octobre 1805

Type: Image

Bien que lointaine, la bataille de Trafalgar, au large de la côte sud de l'Espagne, a eu des répercussions directes sur le Canada. Grâce à la victoire remportée au nom de la Grande-Bretagne par l'amiral Nelson, les voies maritimes vers le Canada sont demeurées sécuritaires et les marines française et espagnole n'ont pas constitué une grande menace pour nos côtes.

Site: Défense Nationale